La Dordogne en jeu vidéo : conférence à l’Indie Game Lyon #4

L’Indie Game Lyon #4

Le 25 février 2023 se tient à Lyon l’Indie Game Lyon #4 ! Organisé par AOA Prod, le salon Indie Game Lyon a pour vocation de promouvoir la scène indépendante du jeu vidéo.

Teaser du salon Indie Game Lyon #4 mis en ligne sur le site https://www.indiegamelyon.com/indie-game-lyon-4

Une vingtaine d’exposants étaient présents dans un objectif d’échange et de partage d’expérience. Différentes animations ont ponctué la journée : tables rondes, conférence, ateliers, quiz…

J’ai pour ma part eu le plaisir de participer à une conférence avec Cédric Babouche, fondateur du studio Un Je Ne Sais Quoi, auteur et directeur artistique du jeu Dordogne, produit par deux studios bordelais (Un je ne sais quoi et Umanimation).

Plus d’informations sur la programmation ici : https://www.indiegamelyon.com/indie-game-lyon-4

Entre imaginaire et réalité géographique : naissance du jeu Dordogne

Dordogne… Oui, vous savez, ce jeu qui promet “une virée bucolique et proustienne dans la campagne française” pour reprendre les termes de Pierre Trouvé dans un article du Monde (paru le 25 août 2022) ? Ce jeu qui “a pour objectif de susciter la nostalgie des joueurs” comme le dit très bien Flavien Groyer dans un article de France Bleu Périgord (paru le 31 mai 2020) ?

Teaser de Dordogne mis en ligne sur le site https://unjenesaisquoi.fr/dordogne/

Résumé : “Dordogne est un jeu d’aventure narratif dans lequel vous incarnez Mimi, une jeune femme de 32 ans, qui explore la maison de sa grand-mère récemment décédée et qui lui a laissé des lettres et des puzzles à résoudre. Les souvenirs de la petite fille qu’elle était l’aideront dans sa quête.”

Aquarelle et nostalgie

Même si je n’ai pas encore eu l’occasion d’y jouer, j’ai pu découvrir les divers visuels d’ores et déjà en ligne, et échanger avec Cédric Babouche le 11 octobre 2022, puis le 25 février 2023 au CCVA de Villeurbanne…

L’héroïne du jeu, Mimi, va exhumer des souvenirs qu’elle avait oubliés en revenant sur les lieux de son enfance. FOCUS HOME INTERACTIVE / UN JE NE SAIS QUOI (issu de l’article du Monde du 25 août 2022)
Aquarelle de Cédric Babouche réalisé pour les fêtes de fin d’année 2022
Aquarelle mise en ligne sur le site https://www.jeuxvideo.com/news/1209118/dordogne-l-aventure-narrative-tout-en-aquarelle-s-annonce-sur-switch-et-pc.htm
Capture d’écran issu du jeu vidéo Dordogne et des teaser disponibles en ligne

Ces visuels, qui rendent compte d’un travail artistique minutieux de peinture à l’aquarelle, et d’un passage à la 3D pour donner du volume à l’ensemble, montre une Dordogne idéalisée, presque de type carte postale (bien que Cédric Babouche s’en soit défendu lors de notre échange téléphonique). Il y a en tout cas dans ces représentations une mise en valeur d’un espace sensible, qui a trait aux émotions et aux souvenirs d’enfance (qui n’est pas sans rappeler l’influence que revendique Cédric Babouche lui-même : Hayao Miyazaki).

Cet espace nostalgique (Roux, 1999 ; Gervais-Lambony 2012) repose sur des lieux bien spécifiques, mais qui ne sont ni nommés, ni même évoqués dans le jeu, pour laisser place à l’imaginaire, rendre compte du travail de reconstruction mémorielle que le personnage de Mimi mène au fil du jeu, mais aussi éviter de prêter le flanc à la critique (notamment quant à la représentation de la distance dans le jeu). On est ainsi projeté dans un Périgord noir idéalisé, où apparaissent alternativement Sarlat, la Madeleine, Issarlès, et bien sûr le fleuve de la Dordogne.

Tout l’objectif de cette conférence a été de discuter de cet espace vécu, de ces aquarelles presque impressionnistes, et des émotions que l’équipe à l’origine du jeu vidéo a souhaité transmettre ou faire éprouver aux joueurs (en termes de nostalgie notamment), grâce à la lumière (chaude et étouffante de l’été), aux couleurs, au mouvement… Ce moment aura aussi été l’occasion de faire un point scientifique sur la nostalgie en géographie, à partir d’une citation de Guinard et Tratjnek (2016) : “la nostalgie et plus largement l’ensemble des émotions liées à la mémoire et au passé renvoient à des états affectifs qui ont une manière particulière de s’inscrire et de se rapporter aux temps (passé, présent et futur). A ce titre, on pourrait dire que ces émotions ont, pour reprendre les termes de F. Hartog (2003), un « régime d’historicité » propre, c’est-à-dire une façon inédite d’articuler passé, présent et futur. Dans l’espace, ces régimes d’historicité des émotions peuvent à la fois être mis en scène, politisés, manipulés, et ainsi engendrer des usages contradictoires, voire conflictuels, de l’espace.”.

Une Dordogne clichée et stéréotypée ?

On peut cependant déjà souligner une limite à ce jeu : à vouloir représenter la Dordogne par des haut lieu (Debarbieux, 2003) touristiques (i.e. un “lieu qui exprime symboliquement, au travers de ses représentations et de ses usages, un système de valeurs collectives ou une idéologie”), magnifiés par l’aquarelle, n’y a-t-il pas le risque de développer une vision stéréotypé de cet espace et de ses paysages, et de l’enfermer dans une forme de cliché? On pourrait ainsi craindre que cela participe à la construction de stéréotypes paysagers (Kühne, 2013, 206), qui s’éloignent de l’espace vécu (Frémont, 1976) des populations locales. Cédric Babouche l’a lui-même dit lors de son intervention : pour faire ce jeu, son équipe et lui ont d’abord travaillé à la récolte des représentations des touristes sur la Dordogne, afin de mettre en valeur les lieux qui revenaient le plus souvent dans les discours. On tend donc vers une Dordogne carte postale et cliché, bien que Cédric Babouche s’en défende.

Mais, il faut raison garder : le jeu n’est pour l’instant ni sorti, ni même annoncé. Il faudra donc y jouer pour confirmer ou infirmer ces critiques ! A suivre…

Bibliographie

Debarbieux B. (2003), « haut lieu », in Lévy J. et Lussault M. (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin.

Frémont A. (1976), La région, espace vécu, Paris, PUF.

Gervais-Lambony P. (2012), « Nostalgies citadines en Afrique du Sud », EspacesTemps.net, en ligne : http://www.espacestemps.net/articles/nostalgies-citadines-en-afrique-sud/

Guinard P. et Tratnjek B. (2016), « Géographies, géographes et émotions », Carnets de géographes, en ligne, 9 : http://journals.openedition.org/cdg/605

Hartog F. (2003), Régimes d’historicité: présentisme et expériences du temps, Paris, Éd. du Seuil.

Kühne, O. (2013), Landschaftstheorie und Landschaftspraxis: eine Einführung aus sozialkonstruktivistischer Perspektive, Springer VS, Wiesbaden. DOI : 10.1007/978-3-531-19263-5

Roux M. (1999), Géographie et complexité : les espaces de la nostalgie, Paris, L’Harmattan.



Citer ce billet
Guillaume Barral (2023, 26 février). La Dordogne en jeu vidéo : conférence à l’Indie Game Lyon #4. Géopédie. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vsa2

Par Guillaume Barral

J'enseigne la géographie, l’histoire et l’EMC (Enseignement Moral et Civique) depuis 2020 en lycée. Je mène également des actions de formation auprès du public enseignant, et dirige un projet visant à développer les usages pédagogiques du numérique avec le Ministère de l’Education nationale sur les jeux vidéo et les jeux sérieux (projet TraAM 2022/2023 : "Les jeux vidéo, c'est du sérieux!"). Je continue aujourd’hui mes recherches en sciences de l’éducation commencées en master, sur les jeux vidéo et leur utilisation en cours d'histoire et de géographie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search