Les mangas et les animés comme outils et vecteurs de diffusion du japonais et de la culture japonaise

Page de couverture du manga Demon Slayer. Kimetsu no Yaiba (tome 1)

Dans la perspective d’un cours de Première HGGSP sur les formes indirectes de la puissance, j’ai préparé une activité sur les mangas et les animés comme outils et vecteurs de diffusion du japonais et de la culture japonaise à travers le monde. Cela m’a permis au passage de (re)découvrir certaines recherches sur la question, comme :

  • les travaux de Julien Bouvard sur les mangas (Bouvard, 2021). J’avais d’ailleurs eu le plaisir de le rencontrer lors de la Japan Touch 2021 à Lyon, où il avait fait une conférence sur l’économie des mangas au Japon et dans le monde, et la place de plus en plus importante que prennent les tankôbon (manga en ligne) dans l’industrie du manga japonais
  • l’article de Savitri Khairunnisa Ikhtiari et Isti Siti Saleha Gandana (2020) sur le voyage de Kamado Tanjirou dans Demon Slayer: Kimetsu no Yaiba. L’article a davantage une approche littéraire et linguistique, mais permet d’avoir une approche du manga Demon Slayer différente de celle qu’on peut communément avoir quant à la violence et l’horreur de celui-ci (qui porte tout de même sur des démons assoiffés de sang et chair humaine…).
  • Ou bien la thèse de Shinozaki (2020) sur l’apprentissage informel de la langue japonaise par des adultes francophones en France et au Japon (à partir des œuvres culturels japonaises notamment). La thèse est conséquente, et je n’ai fait que la parcourir brièvement, mais elle permet de voir que la pop culture japonaise nourrit un véritable intérêt pour l’apprentissage de la langue japonaise, sans induire pour autant une appropriation générale de celle-ci.

Ce travail de préparation a nourri mes réflexions, et m’a conduit à la réalisation d’une fiche d’activité que je testerai dès la semaine prochaine avec mes élèves. L’objectif est de les faire travailler par groupe de 3 ou 4 sur le dossier documentaire, et qu’ils produisent une réflexion sur la culture populaire, les politiques culturelles japonaises, et l’économie du manga en France. La fiche ainsi réalisée est disponible ci-dessous, et peut-être librement reproduite et réutilisée…

Bibliographie

Bouvard, J. (2021). Le manga. Presses Universitaires de Clermont-Ferrand, 64 pages.

Khairunnisa Ikhtiari, S. et Saleha Gandana, I. S. (2020). The Hero’s Journey of Kamado Tanjirou in Demon Slayer: Kimetsu no Yaiba. Passage2020, 8(3), 24-45.

Shinozaki, K. (2020). L’apprentissage informel de la langue japonaise par des adultes francophones en France et au Japon : modes de réception de langue japonaise unidirectionnelle et interactionnelle, sur et en dehors de l’internet. [Thèse de doctorat, Linguistique]. Université de Strasbourg.



Citer ce billet
Guillaume Barral (2022, 26 novembre). Les mangas et les animés comme outils et vecteurs de diffusion du japonais et de la culture japonaise. Géopédie. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vs9z

Par Guillaume Barral

J'enseigne la géographie, l’histoire et l’EMC (Enseignement Moral et Civique) depuis 2020 en lycée. Je mène également des actions de formation auprès du public enseignant, et dirige un projet visant à développer les usages pédagogiques du numérique avec le Ministère de l’Education nationale sur les jeux vidéo et les jeux sérieux (projet TraAM 2022/2023 : "Les jeux vidéo, c'est du sérieux!"). Je continue aujourd’hui mes recherches en sciences de l’éducation commencées en master, sur les jeux vidéo et leur utilisation en cours d'histoire et de géographie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search