Réflexions sur les représentations dans les médias culturels et leur prise en compte dans l’enseignement de la géographie

Nous enfoncerons une porte ouverte en affirmant que les médias culturels sont porteurs de représentations. Mais cela s’avère utile de le rappeler pour d’autant mieux l’intégrer en classe de géographie, alors que les recherches manquent sur la question.

Si on reprend les analyses de la new cultural geography depuis le début des années 1980, la culture est comprise comme “un système signifiant visant à rendre le monde intelligible (Mitchell, 1995)” (Ter Minassian et Dupont, 2019). A ce titre, les médias culturels, qui sont des intermédiaires, des moyens de représenter la société d’une manière plus ou moins imagée, participent à comprendre le monde dans lequel nous vivons et en rendre compte, à travers les représentations qu’ils portent. Le concept de représentation est ici à comprendre selon une conception constructiviste, c’est-à-dire une forme symbolique qui “configure voire instaure les objets dont elle parle, qui ne lui pré-existent pas mais qu’elle construit dans leur pertinence, leur organisation et leur sens…” (Mondada, 2013).

De nombreux géographes sont aujourd’hui dans une dynamique de dévoilement de ces représentations. Nous avons trouvé pertinent d’en proposer une liste non-exhaustive, visant à montrer la diversité des travaux récents sur la question. On peut ainsi citer :

  • Hovig Ter Minassian et Samuel Rufat qui étudient les jeux vidéo et leurs multiples intérêts en géographie (Ter Minassian et Rufat, 2008), ou plus récemment Christophe Duret (2018) sur l’habiter urbain dans les jeux vidéos
  • Guilhem Labinal qui travaille sur la géographie des médias et plus particulièrement les magazines imprimés et audio-visuels (Labinal, 2009)
  • Julien Champigny et sa thèse sur l’espace dans la bande dessinée (Champigny, 2010)
  • Bertrand Pleven et ses analyses de la géographie des séries modernes (Pleven, 2014)
  • Muriel Rosemberg et ses travaux sur les savoirs de la littérature et les écritures du géographique (Rosemberg, 2016)
  • ou bien encore Jean-François Staszak et ses recherches sur le cinéma et l’exotisme (Staszak, 2014a), la géographie et le cinéma (Staszak, 2014b), ou plus récemment les chansons et les imaginaires géographiques (Pieroni et Staszak, 2021).

Mais l’intégration dans l’enseignement de la géographie de ces recherches n’est pas encore tout à fait complète, et mérite une attention toute particulière. Elle permettrait

  1. de mieux connecter les mondes de la recherche et de l’enseignement
  2. de se rapprocher de l’univers culturel des élèves qui repose pour beaucoup sur les médias vidéoludiques, cinématographiques, musicaux, dessinés… et ainsi de les motiver/engager davantage
  3. et de permettre un recul critique nécessaire sur ces œuvres.

Des recherches ont pourtant été effectuées en histoire et didactique de l’histoire, en atteste le récent et bien mené Mondes profanes. Enseignement, fiction et histoire, dirigé par Ethier et Lefrançois (2018). Mais la didactique de la géographie reste le parent pauvre… ou peut-être est-ce le fait d’un manque de valorisation de ces travaux dans le champ académique et didactique.

On peut tout de même citer deux tentative de valorisation de ces réflexions dans l’espace francophone :

  • dans l’article de Ter Minassian et Rufat (2008), où ils reviennent sur les enjeux d’une étude des jeux vidéo en cours de géographie
  • et dans la somme dirigée par Robic et Rosemberg (2016) : Géographier aujourd’hui. Enseigner la géographie au collège et au lycée, à travers les chapitres 3 (La géographie et l’art), 4 (La géographie et les sources documentaires) et 5 (La géographie et les TICE).

Nous ne pouvons qu’inviter les enseignants et didacticiens à lire ces chapitres, très utiles pour la réalisation de cours de géographie fondés sur les médias.

Mais un ouvrage spécifique qui croiserait géographie, didactique et médias culturels aurait aujourd’hui toute sa pertinence ! A bon entendeur…

Bibliographie

Pleven, B. (2014). Urbanités du spectacle, urbanités en spectacle. Paris, Je t’aime et New York, I love you : voyages impossibles en métropoles cinématographiques ?. Annales de géographie, 695-696, 763-783. https://doi.org/10.3917/ag.695.0763

Champigny, J. (2010). L’espace dans la bande dessinée [Thèse de doctorat en Géographie, Université Paris 7]. https://www.theses.fr/2010PA070037

Duret, C. (2018). Comment le jeu vidéo pense l’expérience du milieu urbain. Une analyse mésocritique de Dead Rising 3. Conserveries mémorielles, 23. http://journals.openedition.org/cm/3362

Ethier M. et Lefrançois D. (2018). Mondes profanes. Enseignement, fiction et histoire. Editions PUL, 532 p. https://doi.org/10.2307/j.ctv1g248gm

Labinal, G. (2009). La géographie des médias : une analyse iconologique et textuelle des magazines [Thèse de doctorat en Géographie. Epistémologie de la géographie, Université Paris 1]. https://www.theses.fr/2009PA010643

Rosemberg, M. (2016). La spatialité littéraire au prisme de la géographie. L’Espace géographique, 45, 289-294. https://doi.org/10.3917/eg.454.0289

Staszak, J. (2014a). Performing race and gender : the exoticization of Josephine Baker and Anna May Wong. Gender, Place and Culture, 20 p.

Staszak, J. (2014b). Géographie et cinéma : modes d’emploi. Annales de géographie, 695-696, 595-604. https://doi.org/10.3917/ag.695.0595

Mitchell, D. (1995). There’s No Such Thing as Culture: Towards a Reconceptualization of the Idea of Culture in Geography. Transactions of the Institute of British Geographers, Vol. 20, No. 1, 102-116.

Mondada, L. (2013). Représentation (I). Lévy, J et Lussault, M. dirs. Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés. Edition revue et augmentée de 2013. 866.

Pieroni, R. et Staszak, J. dirs. (2021). Monde enchanté. Chansons et imaginaires géographiques. Georg Editeur, 87 p.

Robic, M. et Rosemberg, M. (2016). Géographier aujourd’hui. Enseigner la géographie au collège et au lycée. Adapt/SNES, 338 p.

Ter Minassian, H. et Dupont, L. (2019). Introduction. Géographie et cultures [En ligne], 111. https://doi.org/10.4000/gc.12532

Ter Minassian, H et Rufat, S. (2008). Et si les jeux vidéo servaient à comprendre la géographie ?. Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Science et Toile, document 418. https://doi.org/10.4000/cybergeo.17502



Citer ce billet
Guillaume Barral (2022, 14 novembre). Réflexions sur les représentations dans les médias culturels et leur prise en compte dans l’enseignement de la géographie. Géopédie. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vs9w

Par Guillaume Barral

J'enseigne la géographie, l’histoire et l’EMC (Enseignement Moral et Civique) depuis 2020 en lycée. Je mène également des actions de formation auprès du public enseignant, et dirige un projet visant à développer les usages pédagogiques du numérique avec le Ministère de l’Education nationale sur les jeux vidéo et les jeux sérieux (projet TraAM 2022/2023 : "Les jeux vidéo, c'est du sérieux!"). Je continue aujourd’hui mes recherches en sciences de l’éducation commencées en master, sur les jeux vidéo et leur utilisation en cours d'histoire et de géographie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search